La fonction d’avocat

Voici un petit texte historique parlant du métier d’avocat et de procureur.

Comment n’a-t-on pas vu que le procureur remplit un office obligé, une espèce de ministère public, tandis que l’avocat doit choisir ses causes ? L’un est pharmacien, le préparateur aveugle, l’autre le médecin qui dirige la guérison. L’avocat est presque partie dans une cause, le procureur ne l’est pas. L’avocat dans l’excès de son zèle, peut donner à la procédure une direction emportée, il peut dans les rapports de confiance qui résultent des communications de pièces, trahir peut-être son devoir, parce qu’il s’échauffe avec son client et qu’il participe à son irritation. Le procureur au contraire reste froid pour préparer et instruire une affaire, comme l’huissier pour l’exécuter. Et si vous voulez mêler toutes les fonctions, craignez d’ôter à l’avocat de son énergie en le forçant à mesurer son rôle dans les étroites proportions de la procédure.