Exécution de la saisie

L’exécution de la saisie

La saisie occupe une place centrale dans le système juridique suisse, notamment dans le cadre du droit des poursuites et des faillites. Elle se définit comme l’acte par lequel l’État, représenté par l’office des poursuites, prend possession de biens appartenant à un débiteur afin de les vendre et de rembourser un créancier. La saisie fait partie intégrante du système suisse de recouvrement de créances et se veut être une mesure efficace pour assurer le respect des obligations financières.

L’aperçu du droit des poursuites et des faillites en Suisse est essentiel pour comprendre la complexité de la procédure de saisie. La Loi fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite (LP) constitue le cadre législatif régissant ce domaine. Elle a pour but de garantir un processus équilibré et transparent, en assurant les droits du créancier tout en protégeant le débiteur contre des mesures arbitraires. Le droit des poursuites s’articule autour de plusieurs étapes, dont la saisie est un élément clé, exigeant une connaissance approfondie et une expertise particulière.

Procédure de la saisie

La procédure de saisie en Suisse commence par la demande de poursuite, qui est la première étape permettant à un créancier d’exercer ses droits contre un débiteur défaillant. Cette demande doit être adressée à l’office des poursuites compétent et doit contenir des informations spécifiques telles que les noms et adresses des parties, le montant de la créance, et la cause de la dette. La demande de poursuite donne lieu à l’émission d’un commandement de payer, qui est alors notifié au débiteur.

Le commandement de payer est l’acte par lequel le débiteur est formellement mis en demeure de s’acquitter de la dette dans un délai déterminé, généralement de 20 jours. Il constitue une étape cruciale dans la procédure de saisie, car il informe le débiteur de la créance et lui offre la possibilité de s’y opposer. Si le débiteur ne réagit pas dans le délai imparti, la poursuite peut continuer. En revanche, si une opposition est soulevée, cela conduit à une procédure d’opposition distincte.

La procédure d’opposition peut être engagée par le débiteur s’il estime que la créance n’est pas due ou que le montant est incorrect. L’opposition au commandement de payer doit être formulée par écrit auprès de l’office des poursuites. Cette étape permet au débiteur de contester la créance, mais elle ne suspend pas la procédure de poursuite. Le créancier doit alors saisir un tribunal pour lever l’opposition et continuer la procédure. La procédure d’opposition peut être complexe et nécessite souvent l’intervention d’un avocat spécialisé.

Après l’expiration du délai d’opposition ou la levée de l’opposition par un tribunal, la continuation de la poursuite est la prochaine étape. Le créancier doit en faire la demande à l’office des poursuites, qui entreprend alors les démarches nécessaires pour la réalisation de la saisie. La continuation de la poursuite peut prendre différentes formes, telles que la saisie de biens mobiliers, la saisie immobilière, ou la cession de salaire. La forme spécifique de la saisie dépend de divers facteurs, y compris la nature de la créance et les biens disponibles du débiteur.

L’étape de la décision de saisie et des actes préparatoires est vitale dans la procédure de saisie. L’office des poursuites évalue les biens susceptibles d’être saisis et prend les mesures nécessaires pour assurer la vente de ces biens. Les actes préparatoires comprennent l’inventaire des biens, l’évaluation de leur valeur, et la prise de mesures pour protéger ces biens jusqu’à leur vente. Cette étape requiert une connaissance approfondie des règles et réglementations applicables et une coopération étroite entre l’office des poursuites, le créancier et le débiteur.

La saisie en Suisse peut prendre différentes formes, et le choix entre ces formes dépend de la nature de la créance, des biens disponibles du débiteur, et d’autres facteurs spécifiques. La saisie de biens mobiliers implique la prise de possession et la vente de biens personnels, tels que les meubles, les véhicules, ou les bijoux. La saisie immobilière concerne les biens immobiliers tels que les maisons ou les terrains. La cession de salaire, quant à elle, permet au créancier de recevoir une partie du salaire du débiteur jusqu’à ce que la dette soit payée. Chaque forme de saisie présente des défis et des exigences uniques et nécessite une attention particulière aux détails et à la réglementation applicable.

Les droits et obligations des parties concernées lors de la saisie sont également d’une importance cruciale. Le créancier a le droit de choisir la forme de la saisie et de participer à certaines étapes de la procédure. Le débiteur, quant à lui, a des obligations spécifiques, telles que fournir des informations sur ses biens, mais possède également des droits, tels que la protection contre la saisie abusive ou la protection de certains biens essentiels à sa vie quotidienne. Les tiers peuvent aussi avoir des droits et obligations, par exemple, si les biens saisis sont en possession d’un tiers. Comprendre et naviguer dans ces droits et obligations nécessitent une expertise juridique et une connaissance approfondie du droit des poursuites en Suisse.

La dernière sous-partie de cette section concerne les particularités cantonales dans la procédure de saisie. Bien que la LP établisse un cadre fédéral, il existe des différences dans la mise en œuvre de la procédure de saisie entre les différents cantons en Suisse. Ces différences peuvent concerner des aspects tels que les frais, les délais, ou les méthodes de vente des biens saisis. Les juristes et les parties impliquées dans une saisie doivent donc être conscients des règles et des pratiques spécifiques du canton concerné. Cela peut ajouter une couche de complexité à la procédure et exige une familiarité avec les lois et les réglementations locales.

Déroulé de l’exécution de la saisie

L’exécution de la saisie commence par l’évaluation des biens saisis. Cette étape nécessite une expertise pour déterminer la juste valeur marchande des biens, qu’il s’agisse de biens mobiliers ou immobiliers. Les experts peuvent être appelés pour évaluer des objets spécifiques, comme des œuvres d’art ou des biens immobiliers. L’évaluation doit être effectuée de manière équitable et transparente, en conformité avec les règles et les réglementations applicables.

Une fois l’évaluation terminée, les biens saisis sont vendus, généralement aux enchères publiques. Cette vente doit être organisée conformément aux règles établies dans la loi sur la poursuite pour dette et la faillite (LP), et elle doit être annoncée publiquement pour garantir une concurrence ouverte et équitable. Le processus de vente doit être transparent et les parties concernées, telles que le créancier et le débiteur, doivent être informées des détails de la vente.

Après la vente des biens saisis, le produit de la vente est distribué conformément à une hiérarchie légale bien établie. En premier lieu, les frais de la procédure de saisie sont couverts. Ensuite, les créanciers privilégiés reçoivent leur paiement, suivis par les créanciers chirographaires (non privilégiés). La distribution doit suivre les règles énoncées dans la LP et respecter les droits et les priorités de chaque créancier. Si plusieurs créanciers sont impliqués, la distribution peut devenir complexe et nécessiter une coordination minutieuse.

L’exécution de la saisie entraîne divers coûts et frais qui peuvent être substantiels. Ces coûts incluent les frais d’évaluation, les coûts d’organisation de la vente, les honoraires des experts, les frais administratifs, et d’autres dépenses associées à la procédure. Les coûts sont généralement couverts par le produit de la vente, mais si le produit est insuffisant, le créancier peut être tenu responsable de certains coûts. Une compréhension claire des coûts potentiels et une gestion efficace de ces coûts sont essentielles pour une exécution de la saisie réussie.

L’exécution de la saisie n’est pas un processus incontestable et laisse la porte ouverte à différents recours et mesures provisionnelles. Le débiteur, et parfois même le créancier, peuvent contester certains aspects de l’exécution. Par exemple, le débiteur peut demander une révision judiciaire si les biens ont été évalués ou vendus de manière inéquitable. Les mesures provisionnelles peuvent également être demandées pour suspendre l’exécution de la saisie en attendant la résolution d’une dispute. Ces recours doivent être entrepris dans les délais prescrits et en conformité avec les dispositions légales pertinentes. La navigation à travers ces recours nécessite souvent l’aide d’un spécialiste du droit des poursuites et faillites pour garantir que les droits de toutes les parties sont respectés.

L’exécution de la saisie a des conséquences importantes tant pour le débiteur que pour les créanciers. Pour le débiteur, la saisie peut entraîner la perte de biens essentiels et avoir un impact durable sur sa situation financière et sa réputation. Les lois suisses prévoient certaines protections pour le débiteur, notamment en ce qui concerne les biens insaisissables, mais la saisie reste une mesure drastique.

Pour les créanciers, l’exécution de la saisie est souvent le dernier recours pour recouvrer une créance et peut-être un processus long et coûteux. Même si la saisie est réussie, il n’est pas garanti que le créancier récupérera la totalité de sa créance, surtout si le débiteur est en situation financière précaire ou si plusieurs créanciers sont impliqués.

Une première consultation

de 60 min à CHF 220.-

Faites le point de votre situation avec un avocat spécialisé.

Vous souhaitez uniquement un rendez-vous pour poser quelques questions ?
Vous n’êtes pas sûr de souhaiter sur des démarches à entreprendre ?
Votre situation n’est pas claire ?

Optez pour une première consultation avec un avocat.

Vous déciderez ensuite si vous souhaitez poursuivre les démarches et nos avocats vous donneront le coût de la procédure en fonction de votre cas.

Besoin d'un avocat à Genève ?

Prenez RDV dès maintenant

en appelant notre secrétariat ou en remplissant le formulaire ci-dessous. 

+41 22 348 32 35